L'Anclhuss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans l'échiquier

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Anclhuss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans l'échiquier

Message  Lameti le Jeu 6 Mar 2014 - 18:10

avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Anclhuss était dans Mein Kampf, le contrôle de l'Ukraine est dans l'échiquier

Message  Lameti le Mer 26 Mar 2014 - 12:15

De l'Encyclopédie de l'Agora

Pour expliquer l'harmonie à laquelle l'homme est appelé, Platon propose dans La République une division tripartite de l'âme: au sommet le noos,

L'homme démocratique
Platon
La distinction entre les désirs superflus et les désirs nécessaires, distinction qui s'est avérée si commode pour définir la société de consommation, remonte à Platon. C'est à propos de l'homme démocratique qu'il a fait cette distinction. L'homme démocratique est à ses yeux celui qui ne parvient plus à distinguer en lui-même les désirs superflus des désirs nécessaires, celui dont la maxime est: ça m'est égal, tout m'est égall'intelligence, correspondant à la tête, au centre, le thymos, correspondant au coeur, siège du courage, du sentiment de l'honneur, du besoin d'être reconnu; en bas, l'epithumia, le ventre, siège des désirs et des instincts. Il y a harmonie dans l'âme quand c'est l'intelligence qui oriente, sans l'affaiblir, l'énergie correspondant aux niveaux inférieurs. Le coeur à son tour doit avoir préséance sur le ventre. De même, soutient Platon, c'est l'intelligence qui doit régner dans la cité, soit par le moyen d'une monarchie, où c'est un homme éclairé, un philosophe, qui détient le pouvoir unique, soit par le moyen d'une aristocratie, où le pouvoir est assumé par une élite elle aussi éclairée.

La démocratie pour Platon est un renversement de cet ordre: l'homme démocratique, nous dit-il, est celui qui est gouverné par son ventre. Le spectacle qu'il avait sous les yeux, il ne l'attribuait pas, comme Aristophane, à la dégradation d'un régime bon en lui-même et bon à l'origine, mais au régime lui-même, qui avait le tort de mettre sur un pied d'égalité celui qui a la connaissance et celui qui ne l'a pas.

On comprend que Platon ait conclu que le peuple est gouverné par son ventre quand il le voyait se prononcer en faveur d'une guerre injuste pour permettre à un démagogue comme Cléon d'augmenter la valeur des jetons de présence et inciter ainsi la population à consommer davantage et à voter pour lui.

Le recours au verbe consommer est indiqué ici, il ne s'agit pas d'un anachronisme. La distinction entre les désirs superflus et les désirs nécessaires, distinction qui s'est avérée si commode pour définir la société de consommation, remonte en effet à Platon. C'est à propos de l'homme démocratique qu'il a fait cette distinction. L'homme démocratique est à ses yeux celui qui ne parvient plus à distinguer en lui-même les désirs superflus des désirs nécessaires, celui dont la maxime est: ça m'est égal, tout m'est égal!
avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum