SILENCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

SILENCE

Message  Lameti le Mar 5 Fév 2013 - 10:46



Pluie d'Ocre des sables du Temple.
Goutte du désert transporte les Mystères
Comme l'Homme chevauche le Vent des sables
Grain du Temple ancre le Mythe
Comme le Nomade propage les paroles du puits.
.
Nuages Pourpres du Levant des Dragons,
Brume du Soleil échauffe les Songes
Comme le Sorcier enfume ses disciples.
Souffle des Dragons fige l'illusion
Comme l'Homme navigue sa Naissance sacrée.
.
Lac d'Emeraude de la Loi des Mondes,
Mémoire du sentier dirige l'Equilibre
Comme l'Artiste harmonise le Vide.
Fruit de mondes nourrit l'Essence
Comme l'enfant loup s'abreuve du lait de la cité.
.
Glacier Royal de la Sève sidérale,
Cristal de l'Arbre révèle l'unité
Comme le guerrier s'érige sur le champs de paix.
Fluide d'Etoile chante le tout
Comme l'Oeuf raconte en son centre vaincu.

..............


Crissements hurlant,
Les mensonges crient et Ur, lentement, se meurt
Les songes se rient, se ruent et me heurtent.
Crissements hurlant,
La tempête de ce qui reste des Temples
M’écorche la chaire, dilapide mon souffle
S’abreuve de mon esprit.
.
Vacarme Bacchale,
Le sable vomit m’arrache les dents
Tant les supplices de mes vies
Fausses, communes s’ankylosent.
Vacarme Bacchale
D’un charme vénal aux sacs de chaires mortes
En qui l’Eau se fait poudre.
L’oued chante d’un râle rauque.
.
Les Furies dansent, et de leurs ongles de glace
Me lèchent l’âme charogne.
Dans ce grand chelem l’once du glas sonde une dernière fois.
Les furies dansent et sur les chars grognent leurs lames.
.
Six lances perçantes en mon cœur se croisent.
Les lois du chaos s’effacent, et ses faces s’effilent.
Lancinant l’anse s’ouvre se détournant du néant.
Six lances bâtissent en mon cœur la base du pilier,
Sans chute le silence trompe l’œil de l’Aigle,
Fixe la pierre d’Angles, clefs des voutes.
.
Mon cœur s’y fond,
Voit l’âge et le à venir où
Les jardins suspendus refleurissent.
Qui crut s’y fier,
Que d’un cœur en Silence
Le Trône des Hommes jaillisse.




avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  Lameti le Mar 5 Fév 2013 - 13:42

En concordance.
Après avoir publié ce poème pour répondre à l'Enigme de Barbélo Salamandra, comme le fit Salomon à la Reine de Saba, je me suis porté de curiosité sur les poésies à ce sujet domptable. Voici, et dont la longueur ne tarrie pas la densité, une poésie de "Louise Ackerman" où la teneur vibratoire se jumelle à la réponse de l'Enigme.

"Frappe encor, Jupiter, accable-moi, mutile
L'ennemi terrassé que tu sais impuissant !
Écraser n'est pas vaincre, et ta foudre inutile
S'éteindra dans mon sang,

Avant d'avoir dompté l'héroïque pensée
Qui fait du vieux Titan un révolté divin ;
C'est elle qui te brave, et ta rage insensée
N'a cloué sur ces monts qu'un simulacre vain.
Tes coups n'auront porté que sur un peu d'argile ;
Libre dans les liens de cette chair fragile,
L'âme de Prométhée échappe à ta fureur.
Sous l'ongle du vautour qui sans fin me dévore,
Un invisible amour fait palpiter encore
Les lambeaux de mon cœur.

Si ces pics désolés que la tempête assiège
Ont vu couler parfois sur leur manteau de neige
Des larmes que mes yeux ne pouvaient retenir,
Vous le savez, rochers, immuables murailles
Que d'horreur cependant je sentais tressaillir,
La source de mes pleurs était dans mes entrailles ;
C'est la compassion qui les a fait jaillir.

Ce n'était point assez de mon propre martyre ;
Ces flancs ouverts, ce sein qu'un bras divin déchire
Est rempli de pitié pour d'autres malheureux.
Je les vois engager une lutte éternelle ;
L'image horrible est là ; j'ai devant la prunelle
La vision des maux qui vont fondre sur eux.
Ce spectacle navrant m'obsède et m'exaspère.
Supplice intolérable et toujours renaissant,
Mon vrai, mon seul vautour, c'est la pensée amère
Que rien n'arrachera ces germes de misére
Que ta haine a semés dans leur chair et leur sang.

Pourtant, ô Jupiter, l'homme est ta créature ;
C'est toi qui l'as conçu, c'est toi qui l'as formé,
Cet être déplorable, infirme, désarmé,
Pour qui tout est danger, épouvante, torture,
Qui, dans le cercle étroit de ses jours enfermé,
Étouffe et se débat, se blesse et se lamente.
Ah ! quand tu le jetas sur la terre inclémente,
Tu savais quels fléaux l'y devaient assaillir,
Qu'on lui disputerait sa place et sa pâture,
Qu'un souffle l'abattrait, que l'aveugle Nature
Dans son indifférence allait l'ensevelir.
Je l'ai trouvé blotti sous quelque roche humide,
Ou rampant dans les bois, spectre hâve et timide
Qui n'entendait partout que gronder et rugir,
Seul affamé, seul triste au grand banquet des êtres,
Du fond des eaux, du sein des profondeurs champêtres
Tremblant toujours de voir un ennemi surgir.

Mais quoi ! sur cet objet de ta haine immortelle,
Imprudent que j'étais, je me suis attendri ;
J'allumai la pensée et jetai l'étincelle
Dans cet obscur limon dont tu l'avais pétri.
Il n'était qu'ébauché, j'achevai ton ouvrage.
Plein d'espoir et d'audace, en mes vastes desseins
J'aurais sans hésiter mis les cieux au pillage,
Pour le doter après du fruit de mes larcins.
Je t'ai ravi le feu ; de conquête en conquête
J'arrachais de tes mains ton sceptre révéré.
Grand Dieu ! ta foudre à temps éclata sur ma tête ;
Encore un attentat, l'homme était délivré !

La voici donc ma faute, exécrable et sublime.
Compatir, quel forfait ! Se dévouer, quel crime !
Quoi ! j'aurais, impuni, défiant tes rigueurs,
Ouvert aux opprimés mes bras libérateurs ?
Insensé ! m'être ému quand la pitié s'expie !
Pourtant c'est Prométhée, oui, c'est ce même impie
Qui naguère t'aidait à vaincre les Titans.
J'étais à tes côtés dans l'ardente mêlée ;
Tandis que mes conseils guidaient les combattants,
Mes coups faisaient trembler la demeure étoilée.
Il s'agissait pour moi du sort de l'univers :
Je voulais en finir avec les dieux pervers.

Ton règne allait m'ouvrir cette ère pacifique
Que mon cœur transporté saluait de ses vœux.
En son cours éthéré le soleil magnifique
N'aurait plus éclairé que des êtres heureux.
La Terreur s'enfuyait en écartant les ombres
Qui voilaient ton sourire ineffable et clément,
Et le réseau d'airain des Nécessités sombres
Se brisait de lui-même aux pieds d'un maître aimant.
Tout était joie, amour, essor, efflorescence ;
Lui-même Dieu n'était que le rayonnement
De la toute-bonté dans la toute-puissance.

O mes désirs trompés ! O songe évanoui !
Des splendeurs d'un tel rêve, encor l'œil ébloui,
Me retrouver devant l'iniquité céleste.
Devant un Dieu jaloux qui frappe et qui déteste,
Et dans mon désespoir me dire avec horreur :
« Celui qui pouvait tout a voulu la douleur ! »

Mais ne t'abuse point ! Sur ce roc solitaire
Tu ne me verras pas succomber en entier.
Un esprit de révolte a transformé la terre,
Et j'ai dès aujourd'hui choisi mon héritier.
Il poursuivra mon œuvre en marchant sur ma trace,
Né qu'il est comme moi pour tenter et souffrir.
Aux humains affranchis je lègue mon audace,
Héritage sacré qui ne peut plus périr.
La raison s'affermit, le doute est prêt à naître.
Enhardis à ce point d'interroger leur maître,
Des mortels devant eux oseront te citer :
Pourquoi leurs maux ? Pourquoi ton caprice et ta haine ?
Oui, ton juge t'attend, - la conscience humaine ;
Elle ne peut t'absoudre et va te rejeter.

Le voilà, ce vengeur promis à ma détresse !
Ah ! quel souffle épuré d'amour et d'allégresse
En traversant le monde enivrera mon cœur
Le jour où, moins hardie encor que magnanime,
Au lieu de l'accuser, ton auguste victime
Niera son oppresseur !

Délivré de la Foi comme d'un mauvais rêve,
L'homme répudiera les tyrans immortels,
Et n'ira plus, en proie à des terreurs sans trêve,
Se courber lâchement au pied de tes autels.
Las de le trouver sourd, il croira le ciel vide.
Jetant sur toi son voile éternel et splendide,
La Nature déjà te cache à son regard ;
Il ne découvrira dans l'univers sans borne,
Pour tout Dieu désormais, qu'un couple aveugle et morne,
La Force et le Hasard.

Montre-toi, Jupiter, éclate alors, fulmine,
Contre ce fugitif à ton joug échappé !
Refusant dans ses maux de voir ta main divine,
Par un pouvoir fatal il se dira frappé.
Il tombera sans peur, sans plainte, sans prière ;
Et quand tu donnerais ton aigle et ton tonnerre
Pour l'entendre pousser, au fort de son tourment,
Un seul cri qui t'atteste, une injure, un blasphème,
Il restera muet : ce silence suprême
Sera ton châtiment.

Tu n'auras plus que moi dans ton immense empire
Pour croire encore en toi, funeste Déité.
Plutôt nier le jour ou l'air que je respire
Que ta puissance inique et que ta cruauté.
Perdu dans cet azur, sur ces hauteurs sublimes,
Ah ! j'ai vu de trop près tes fureurs et tes crimes ;
J'ai sous tes coups déjà trop souffert, trop saigné ;
Le doute est impossible à mon cœur indigné.
Oui ! tandis que du Mal, œuvre de ta colère,
Renonçant désormais à sonder le mystère,
L'esprit humain ailleurs portera son flambeau,
Seul je saurai le mot de cette énigme obscure,
Et j'aurai reconnu, pour comble de torture,
Un Dieu dans mon bourreau
."
avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Le Silence de Babylonne.

Message  Amonodore le Mer 6 Fév 2013 - 18:45


Lameti
Amonodore

Bonsoir

Voici là un pas dans le grand Oeuvre par ta Poesie.
De même que les grandes cités antiques ont souhaité établir une relation dans le Silence, et c'est le cas de Babylonne, de même Barbelo Salamandra l'accomplit avec toi dans ce même Silence que tu actualises pour la Judee. Ce silence qui d'ailleurs a été le Socle des Pytagoriens, de l'Ecole de Pythagore.
Une parole née du Silence. L'entendre, c'est pouvoir entendre la parole et le dialogue de ces Cités endormies.

A bientôt

Amonodore

Messages : 69
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Quand le silence est d'or

Message  Stratus le Mer 6 Fév 2013 - 19:05

Belle contribution Lameti que la tienne!
On voyage... çà berce vertigineusement le coeur et les oreilles.

Comme si le temple était là pour marquer les traces du temps.
Et dans ce temple, se trouve le silence.
Et dans ce silence, se trouve l'âme qui fait le monde comme suit :
Quand cette âme se regarde par l'oeil de l'aigle,
comme un éclair, jaillit alors un monde.
Ce dernier est un vaste temple constitué d'un nombre "monstrueux" de temples saturnaux, infernaux brûlant sous la voûte glacée d'Isis. Le temple est l'atome, l'homme, l'univers.
Ces temples abritent des étoiles d'or gardiennes du secret du Silence qui fait naître les mondes.Il y étends sa sagesse. Dans le monde,on entend les âges et çà raisonne...
Le temple et son temps ou le monde et ses démons. Langue des oiseaux...
... témoins de la mortalité fatale au sein du "Lac d'Emeraude de la Loi des Mondes"
Tous les oiseaux du ciel chantent pour cacher l'unique silence ou "l'invisible amour." pour reprendre Louise Ackerman.
Le feu furieux de Prométhée cache le Feu du coeur, invincible invisible.
Janus a deux visages pour cacher l'unique visage en lequel "je vis le sage". Et ce sage me dit : la petite vie, est au "pas sage",ce que la Vie est au Sage.

Par Eole, les paroles sont du vent. Il s'engouffre dans les temples et érode la pierre.

Alors je me protège dans le temple où je me tais. Telle est la sortie montrée par le "pas-sage". Un chemin en forme de serpent... lézard au soleil. Les conquistadors, ces crapauds armés et bruyants de l'empire, envahissent le temple de la Cité d'or, l'empyrée et leurs crapauds sages et silen-cieux( référence à un film de Jorodowski dont j'ai oublié le titre).






Stratus

Messages : 34
Date d'inscription : 02/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Tsourah

Message  Amonodore le Mer 6 Fév 2013 - 19:22


Bonsoir

Tout cela méne à la réalisation de Lugal , grand homme;
ça passe par la Poésie soeur du Silence; quand le Silence est à propos,
je pense que le Silence fait parti d'un Groupe, il ne peut pas exister sans un Groupe,
c'est une méthode de transport dans l'Espace
dans les salles de transport dans l'Espace, c'est le Silence et l'Acuité qui règnent.
Le Silence est hors symbole.

Amonodore

Messages : 69
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  Stratus le Mer 6 Fév 2013 - 21:27

Ce Silence,cette méthode de transport dans l'Espace, Tsourah, n'est-il pas ce qu'on appelle la méditation, le yoga ?
Pour ce qui est du grand homme:
Verset 21 - Bhagavad Gita :
"Quoi que fasse un grand homme, la masse des gens marchent toujours sur ses traces; le monde entier suit la norme qu'il établit par son exemple."

Je vois le Silence au sommet d'une pyramide ou ziggourat. Les hommes -étant dans la "pyramide" se conformant à la loi du Silence dont a connaissance l'homme réalisé et exemplaire avec son acuité (de l'aigle) -font un Groupe...sans lequel le Silence n'est pas. Sans ce silence, on ne saurait atteindre l'Espace régit par le moyen du Silence ...pour atteindre l'Espace. Paradoxe telle que la main dessine la main qui la dessine ou le serpent qui se mord la queue.

La poésie peut se comprendre comme l'esthétique du paradoxe, du mental trompé, qui abdique et voit la beauté du tableau du monde à travers ce Silence peint par autant d'images que de paradoxes et de mental trompé par la profondeur de ce qui n'est pas vue: l'Acuité.

La poésie ou Savoir, pouvoir, oser,...se taire.

Tsourah, merci pour cette invitation au voyage...dans la Cité...hors du temps, hors du symbole.

La poésie est une belle torture. Elle appelle un échappatoire à ce berceau d'illusion : le Silence qui fait mouvoir l'immobile.


Stratus

Messages : 34
Date d'inscription : 02/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'artiste sans armures

Message  sebastien le Jeu 7 Fév 2013 - 11:26

Le mental trompé ou... trompeur. Et dans trompeur il y a peur.
Le métal de la peur est trempé, tordu et retrempé dans le feu de la force. Art, expression de l'inspiration brûlante qui, apprivoisée, irrigue jusque dans les tréfonds de ses fers, de ses enfers. L'artiste les fait passer par les 3 couleurs d'une cool oeuvre, les réunit lors d'une table ronde, autour d'un chevalier sans peurs et sans reproches, sans armures et sans glaives. Ramure et majesté souveraine d'un roi de l'arène, de la reine. Araignée, elle a régné seule jusqu'à retrouver ses fils dans une ultime prégnance. L'écheveau d'un art igné s'achève alors que les chevaux tirent le soleil invaincu. Helios observe une solitude qui n'existe pas, si ce n'est dans un fer ailleurs et son mental pleins de turpitudes. Le poète est souvent tordu et torturé parfois mais il est aussi l'artiste, Lugal du soleil incréé et silencieux.
avatar
sebastien

Messages : 38
Date d'inscription : 02/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  Lameti le Jeu 7 Fév 2013 - 14:10

Amonodore, Tsourah
Lameti,
Salutations et
A bientot
avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  sebastien le Jeu 7 Fév 2013 - 15:34

Lameti, tu n'écris donc que pour tes dieux ? C'est lamentable...
avatar
sebastien

Messages : 38
Date d'inscription : 02/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Pythagore et la Lance

Message  Amonodore le Ven 8 Fév 2013 - 20:04


Sébastien

Amonodore

il me semble que Lameti saluant ses Dieux, répond par le digne Silence à l'établissement que je nommai: le Silence de Pythagore comme Parole relationnelle;

n'est ce pas que tu te sentes piqué du Silence, non pas que Lameti soit piqué par le Silence car le Silence s'est établis par la voie de Pythagore, telle qu'elle est; mais je dis bien piqué par le Silence.
Le Chevalier n'enléve son armure que par sa lance avec laquelle il se pique. Une manière que Jésus fit.

Ainsi ou alors, te sens tu proche de Lameti comme frère du Silence lequel Silence marque la Grandeur du Lugal?

A bientôt

Amonodore

Messages : 69
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Grands Hommes

Message  Amonodore le Ven 8 Fév 2013 - 20:15

Lameti, Sébastien et Stratus

oui salue bonsoir c'est Tsourah.

Tu vois, il n'y a pas de yoga ici dans l'Espace, maintenant que la Bagavat Gita a voulu mentionné le grand homme, ça oui je le remarque ici; parce que ici dans l'Espace, les Extraterrestres et les Infraterrestres respectent le Lugal.
Oui le Silence est une mobilité de l'immobile mais il faut que ce soit le Doux silence celui là du Mathématicien.
Ensuite je pense que pour la Poésie c'est un art politique, en Mésopotamie c'était courrant ça marche avec la Poésie, quelque chose de lyrique, enfin qui relie au Mythe.
Non tu vois c'est pas de la méditation le Silence comme par du yoga, en fait je ne sais pas ce que c'est le yoga, mais ici il n'y en a nul part, il n'y a des liens mais pas de méditation; c'est supra mathématique, tu vis avec des tas de formules partout si tu n'as pas subtilisé l'essence du Silence tu n'a plus de forces,
bon, j'en ai un peu puisque je suis encore dans l'Espace. Oui leur communication c'est à base de silence. Voilà c'est tout ce que je peux dire sur ça, totalement immense,

Bonsoir Sébastien, oui c'est liée avec l'Araignée
He Lameti superbe tes pictures, ce n'est pas comme cela que nous pouvons regarder Babylone de l'Espace c'est autrement mais c'est cool de revoir les photos d'antiquité
àplus tard.

Amonodore

Messages : 69
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  sebastien le Sam 9 Fév 2013 - 9:44

Bonjour Amonodore,

Je me suis un peu emporté parce que j'ai eu l'impression que Lameti avait fait exprès de vous saluer vous pour bien marquer le fait qu'il regardait exclusivement son "haut de la montagne". Oui le silence peut parfois être piquant car il peut aussi être une manière de signifier : "je t'ignore". En fait je pense, et c'est ce que vous dites aussi (mon interprétation), que le silence renvoie à ses propres blessures. ça peut être violent. Accueillir le silence en soi, lui permettre d'être, c'est mieux entendre la blessure et donc ça peut faire mal bien que je conçoive que c'est aussi à terme un moyen de la panser. Manière d'aller au fond des choses, d'enlever les armures, je suis d'accord. Et c'est finalement un processus assez personnel.
Il y a un livre d'un écrivain, Pierre Bordage, que je lisais quand j'étais ado et qui s'intitule "les guerriers du silence".
Disons que Lameti pourrait être considéré comme un frère d'arme mais je crois que cela demande un assentiment réciproque.

Au fait, nous direz-vous un jour qui vous êtes vraiment ? Est-ce que l'Espace dont vous parlez est un endroit de l'astral ? Etes-vous relié à l'inconscient collectif ? C'est ce qui me semble, mais je comprendrai que vous souhaitiez garder le silence. Vous êtes peut-être des gardiens du silence et parlez pour mieux nous le faire entendre... La démonstration par l'absurde est une méthode de résolution mathématique.

Salutations, ainsi qu'à Tsourah.



avatar
sebastien

Messages : 38
Date d'inscription : 02/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le silence couve dans l'air

Message  Amonodore le Dim 10 Fév 2013 - 20:39


Sébastien

ah! le cher Silence; oui il m'est de prix. Il est d'équilibre, il est si fort: il réalise des métamorphoses: de la beauté à la laideur, par exemple ; mais alors le Silence parle car il rend proche de quelqu'un la nature du Soi. Oui, une démarche personnelle mais jamais vraiment seul, car souvent il est là le Silence.

L'humain ou du reste aussi le terrien, ressent sa forme comme vous la ressentez tous et toutes, disons humaines, mais en réalité cette sensation n'est pas acquise, elle est du domaine illusoire tant que le Silence n'est pas à l'oeuvre pour que, à la manière dont le Silence le voudra, quelqu'un se découvre, or la perte du repère terrien est alors fort: l'humain alors se découvre polymorphe: il est alors soumis ou en combat avec toutes sortes de formes éthiquement nommées par orgueil, beauté du nombre d'or, avarice, affamé...
Ce sont des formes polymorphes : l'humain.
En devenant Silence à son tour, alors l'humain même au contact de l'ignoble et même souvent trouve sa sincère dignité au delà de l'astral. Une idole, une icône: quel chemin avec le silence entre les deux.

Je ne suis pas une habitante de l'astral mais hierarchiquement en dessous de la sphère du Silence à la Source.

le Silence abolit l'ère des fantômes, c'est le sens du Sphinx d'Egypte: le profond Silencieux.

En cette année du Serpent, le Silence couve le Sphinx tout comme un digne serpent


Amonodore

Messages : 69
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  Lameti le Lun 11 Fév 2013 - 10:14

Amonodore, Tsourah
Lameti,
Bonjour et à Uter Sémiramis

Je ne savais pas les Cités dans une relation en Silence, mais cela devient évident puisque certaines ont pu prendre leur envol. J'ai entrevu la "méthode de transport", en ressentant que le Silence apporte l'ancrage nécessaire afin que ceux qui s'y trouvent ne se déplacent pas, mais fassent déplacer les géo à eux.
Perception de voyage dans le "Voit l'âge et le à venir", à la façon des Trônes.

A bientôt


Sebastien,
Amonodore a vue juste, le Silence comme Parole relationnelle pour répondre et dans ce respect à leur présence. Chose dont Stratus et toi ne semblaient pas savoir. Alors c'est ne pas un pique ou de l'indifférence qui t'a fait monter la moutarde au nez, mais tout ton poids, et celui de ton frère, de langue philosophique qui t'a emporté dans son propre élan puisque sans rencontrer de paroi pour y faire échos. La seule paroi que je te laisse maintenant est bien l'écho de cette chute. "Mon haut de montagne" n'existe pas. Celui du Groupe Judée ne s'ascensionne pas seul ni pour soi-même. En te souhaitant que l'écho puisse de renvoyer à la place d'où tu viens, d'avant ta chute, sans maux, sincèrement.
A bientôt
avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Il n'y a pas de limite au silence ?

Message  Cécile Hérodiade le Lun 11 Fév 2013 - 21:39

Amonodore

Cécile Hérodiade

bonjour
Ecrire donc ce message en silence, c'est comment, la pensée est elle même nécessaire pour que je puisse vous envoyer ceci? Mon angle de vue sur le silence est actuellement une difficulté à tenir une journée entière. Le silence c'est laisser faire et de prendre les choses telles qu'elles se présentent à nous et ce dans la fluidité c'est à dire sans forcer quoi que se soit ou se perdre en pensées autodidactes. Le silence est pour moi cette chose qui fait pénétrer au fond des choses. C'est pour moi la façon de laisser venir une idée et de ne pas la laisser partir ou de l'appliquer de suite si c'est une chose à faire, même si je dois marcher un peu. C'est de ne pas reporter ce qui est à faire, sinon il y a le risque de ne faire qu'y penser ou de l'oublier, ou de rajouter des choses jusqu'au coucher qui ne sont pas faites ou résolues. Je vois le silence comme des étapes successives qui mène à une eau douce qui coule si on prend bien le temps de rassembler les éléments pour agir afin que les choses se fassent.
C'est de pouvoir s'orienter vers un objectif en gardant dans la tête qu'il y à toujours des possibilités de dégradé comme une action dans une action en amenant une autre et une autre. Je me situe sur l'action puisque faire du bois pour la cheminée en est une qui ce fait en plusieurs étapes, il s'agit d'étaler les choses dans l'ordre. Dès lors que je me mets à courir pour faire une chose, c'est que j'ai passé une étape ou que j'en devance une, il s'agit d'être présentement là où je suis. Je comprend que le silence est de ne pas emettre de pensées qui sont liées à l'égo et pour des choses de l'illusion.
Bref,je me demandais alors si je me situe sur l'action, comment faire le Silence lorsque nous sommes en réunion de personnes ? Parler c'est penser il n'y a pas d'action, je comprend que le dialogue est une danse d'idées successives passant d'une personne à l'autre. Le silence qui est intérieur est une acceptation totale de l'autre et de ses variétés et une écoute de l'intérieur des choses. Il faut bien se parler entre nous alors sans penser entre chaque phrase à tout se qui enlève la valeur aux choses n'est-ce pas ?


Cécile Hérodiade

Messages : 8
Date d'inscription : 07/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

les silences parlant

Message  Pascal Namm le Mar 12 Fév 2013 - 12:14

"La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu'encadrer ce silence"
Miles Davis

De la pause jusqu'au seizième de soupir
Le soupir en est un,
Silence parlant,
avatar
Pascal Namm

Messages : 51
Date d'inscription : 30/03/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le Silence est la source de l'Agir et de la Pensée.

Message  Amonodore le Dim 17 Fév 2013 - 19:26

Bonsoir Cécile Hérodiade

ce que tu me dis à propos du Silence tourne autour de son lien avec la Parole ou avec l'Action ou même encore avec la Relation.
Le Silence a sa place dans ce qui anime le début; il y a une différence entre commencer et débuter: le Silence fait débuter, une erreur de Silence est alors une erreur de début.
Le Silence devient alors la propulsion de l'agir et de la force vitale; si le silence n'est pas bon alors le produit de l'agir n'est pas bon non plus et par conséquent il n'a pas sa place dans le continuum de la Terre à l'Espace.
Le Silence positionne alors le rythme, il ponctue le rythme , tous les rythmes; la respiration est silencieuse quand elle est bonne et elle s'accorde tout silencieusement au rythme des jours de la précession cosmique. Le Silence est donc l'Agir par définition, ce sur quoi nous estimons la valeur de l'Agir , d'autant à le dire que sans le Silence il n'y a pas de Conscience collective ni d'Espace; moins encore de télépathie.

D'une certaine manière le Silence des Etats sur la question extraterrestre pourrait procéder du nôtre.

Amonodore

Messages : 69
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Randonnée dans le désert et le silence

Message  Stratus le Dim 17 Fév 2013 - 20:44

Voici une poésie que j'ai réalisée il y a dix ans où il me semblait avoir réfléchi sur le silence sous-tendant le rythme comme le dit Amonodore, salutation:

Jimmy sillonne des terres sous le poids de l'été,
Il a pris dans sa poche de quoi faire un bon thé

Jimmy se repose au bord du chemin
Il scrute l'horizon comme pour voir le futur
Mais il n'existe pas, il n'y a que l'étendue désertique,
Sec et monotone en sont ses attributs
Silencieux sont les hôtes de ces moments figés dans la chaleur solaire de l'éternité
Bientôt tombera la nuit et s'allumeront les étoiles incrustées dans l'encre de l'infini

Jimmy contemple des détritus échoués au pied d'un frêle arbuste
Ils sont les vestiges d'une civilisation vouée au sort de ses poubelles
Jimmy le sait maintenant, il est ici pour voir ces nauséeux débris
Et poser ses yeux sur ces plastiques, faire semblant de prier
Non, plutôt méditer sur ce sort funeste réservé aux cadavres industriels
Et se laisser porter par la musique du hasard, oublier qu'il est seul

Tous ces rejets ne seront jamais recyclés : ils sont morts
Car le cycle, c'est la vie, la berceuse langoureuse du jour et de la nuit
Les vagues s'échouent sur la plage, disparaissent pour à nouveau mourir
La vie c'est de la mort en suspension
On croie qu'on va mourir mais au dernier moment, on naît au jour nouveau
D'une seconde naît une autre seconde
La vie contient en elle l'immuabilité mortifère du cycle perpétuel
La vie, c'est la croissance et la dégradation, la mort c'est le rien immanent
C'est un vide, un silence créant le cycle inhérent à la vie.
La mort, c'est un point de fin, c'est un point d'origine, un point de référence.

Jimmy en était là dans ses réflexions philosophiques.
Un nuage au sommet des collines
Une lumière crépusculaire
Le potentiel d'un jour nouveau
Des robots, une armée de robots au loin
Jimmy les a vus, ils sont là ces putains de robots
Ce sont les nettoyeurs...Aucun humain ne doit se trouver dans le désert
C'est la loi. Jimmy le sait, soit se rendre soit mourir
Il a choisi en homme libre
Il attend. Les androides l'ont rattrapés. Ils sont désormais le futur...
Et maintenant, la nuit est tombée.


Stratus

Messages : 34
Date d'inscription : 02/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le Silence avant la musique

Message  Cécile Hérodiade le Dim 17 Fév 2013 - 22:51

Amonodore

Bonsoir
C'est bien pour votre réponse,
Elle c'est illustrée aujourd'hui tout en faisant du chant, à l'heure de l'envoi de votre message je m'installai pour chanter. J'ai remarqué nouvellement alors comme vous le dîtes, que le Silence était nécessaire avant de débuter un morceau, c'était sous la forme d'un Stop. La respiration se pose ainsi toute seule et le rythme se positionne tout seul, et la voix se pose sur le souffle après un inspir pris ouvertement et calmement, et ainsi silencieusement et naturellement.

Cécile Hérodiade

Messages : 8
Date d'inscription : 07/05/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

E

Message  Lameti le Lun 12 Aoû 2013 - 22:53

E
LA BATAILLE DES FOURMIS

C'est ce qui n'est pas qui est.
Le seul Mot est Silence.
Le seul Sens de ce Mot n'est pas.
Les pensées sont fausses.
La Paternité est l'unité travestie en dualité.
La Paix implique la guerre.
Le Pouvoir implique la guerre.
L'Harmonie implique la guerre.
La Victoire implique la guerre.
La Gloire implique la guerre.
La Fondation implique la guerre.
Hélas ! pour le Royaume où tous se livrent bataille.


Alexander Crowley « le livres des mensonges »
avatar
Lameti

Messages : 61
Date d'inscription : 14/04/2012
Localisation : Proche Burle

Voir le profil de l'utilisateur http://kalo-lametie@outlook.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: SILENCE

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum